18.11 Shoot Dreams. Preparation.

18.11 Shoot Dreams. Preparation.

Dans le travail, il me semble, comme dans la mer, les marées arrivent. Il n’existe jamais de même rythme monotone. Donc, nous nous dépêchons, puis nous nous ralentissons. Et c’est bien. Pour cela, j’aime la photographie – on ne sait jamais ce qu’un nouveau jour nous amène. Après deux tournages trash «Obsessed» et «After Party» le teamps de marée est arrivé. Je voulais créer quelque chose de relaxant et naturel avec des couleurs douces et la lumière naturelle. Je voulais rêver.

Donc, j’avais un concept fascinant et un nom pour lui – «Dreams», il me manquait seulement le modèle qui pourrait réaliser mes idées. A présent je travaille de plus en plus souvent avec les modèles de la Biélorussie. A Genève il n’y a pas beaucoup de modèles et les Françaises ne sont pas sérieuses dans le travail. Dans ma pratique, j’ai été confronté avec le fait que le modèle français peut ne pas venir au shoot ou dire 2-3 jours avant le shoot qu’elle a d’autres choses à faire ce jour-là. Mais comme la prise de vue est préparé à l’avance et parfois 2-3 mois à l’avance. Et puis tu as que deux jours pour résoudre ce problème et trouver un autre modèle correspondant au style de shoot. Je crois que dans la vie il n’y a pas de coïncidences. Et c’est pourquoi j’ai commencé à travailler plus avec les modèles biélorusses.

Alors pour moi le travail avec les modèles de la Biélorussie est beaucoup plus facile et plus sûr. Je communique directement avec l’agence et ses employés choisissent la date de l’arrivée du modèle à Genève selon son calendrier. Et je n’ai jamais eu de problèmes avec les agences biélorusses. Il se trouve qu’il est plus facile de prendre soin de toutes les dépenses pour le voyage et l’hébergement  de modèle que de vous soucier de la probabilité de défaillance de la prise de vue, qui peut avoir lieu si on prend le modèle pas sérieux. En outre, les filles ne veulent pas venir à la prise de vue créative, parce qu’on ne les paie pas. Mais comment je peux les recommander pour des projets commerciaux si je ne sais pas comment elles travaillent devant la camera?

Parfois, j’invite des modèles mineurs de la Biélorussie. Et elles sont sans doute aussi professionnelles et travaillent aussi bien que les modèles adultes. Mais dans ces moments, je me sens la grande responsabilité. Pour le tournage «Dreams» j’ai invité le modèle mineur Diana. Lorsque le modèle est arrivé, je l’ai emmené dans son hôtel et je me suis partie au défilé de HEAD (Haute école d’art et de design) qui a commencé à 18h00. Mais je ne savais pas que l’hôtel ne disposait pas d’une connexion Wi-Fi, et Diana ne pouvait pas contacter ses parents. Par conséquent, immédiatement après le spectacle, je l’ai prise et je l’ai logée chez moi pour qu’elle puisse être en contact avec sa famille, parce que ses parents s’inquiétaient. Je suis très reconnaissante à mon mari, qui est prêt à tolérer certains inconvénients pour l’art de la photographie 🙂 . Lorsque vous êtes soutenu par votre  deuxième moitié – ça vaut le coup.

9 Comments

Post A Comment